L’Union Européenne exhorte la Chine à ouvrir son économie et à renoncer à sa nouvelle loi sur la sécurité à Hong Kong

L’Union Européenne exhorte la Chine à ouvrir son économie et à renoncer à sa nouvelle loi sur la sécurité à Hong Kong

L’Union Européenne a exhorté, lundi, la chine à ouvrir davantage son économie pour le bloc de 27 pays et à renoncer à la nouvelle loi sécuritaire très contestée pour Hong-Kong.

Au cours d’un sommet UE-Chine tenu par vidéoconférence, les Européens n’ont pas caché leur frustration devant les velléités de Pékin d’améliorer son partenariat économique de nature à réduire le déficit économique entre les deux parties.

Le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ont tenté lors de cette rencontre de hausser le ton face au président chinois Xi Jinping et son premier ministre Li Keqiang.

« Pour qu’il y ait des progrès, il faut  de la coopération des deux côtés, de la réciprocité et de la confiance », a lancé Ursula von der Leyen.

« La relation entre l’UE et la Chine est à la fois l’une des plus importantes sur le plan stratégique et l’une des plus difficiles que nous ayons », a-t-elle souligné.

Ces dernières années l’UE a eu du mal à équilibrer ses intérêts commerciaux avec un partenaire qu’elle considère également comme  un grand rival économique.

L’Union européenne est le plus grand partenaire commercial de la Chine, mais le déficit commercial de Bruxelles vis-à-vis de Pékin n’a cessé d’augmenter, de l’ordre de 150 milliards d’euros par an environ.

Les Européens ont également évoqué d’autres questions relatives aux subventions, aux questions réglementaires, aux marchés publics, au  transfert de technologies, la réforme de l’OMC et à la manière dont la Chine communiquait les informations sur la pandémie du coronavirus.

Ursula von der Leyen et Charles Michel ont également fait part de leurs préoccupations concernant les violations des droits de l’homme au Xinjiang et au Tibet. “Pour l’Union européenne, les droits de l’homme et les libertés fondamentales ne sont pas négociables”, a rappelé Mme Von der Leyen.

Ils ont en outre dit avoir prévenu que la Chine s’exposait à des conséquences très négatives si la nouvelle loi de sécurité sur Hong Kong venait à être appliquée. « L’UE est en contact avec ses partenaires du G7 sur ce sujet et nous avons très clairement exprimé aujourd’hui notre position aux dirigeants chinois », a fait savoir Mme Ursula von der Leyen.

À travers cette loi, Pékin envisage de créer un bureau spécial à Hong Kong pour recueillir des renseignements et poursuivre les crimes considérés comme menaçant la sécurité nationale chinoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 × 1 =