Les États-Unis et la Corée du Sud se mettent d’accord pour une réponse “forte” après les essais de missiles de Pyongyang

Les États-Unis et la Corée du Sud se mettent d’accord pour une réponse “forte” après les essais de missiles de Pyongyang

Depuis le début de l’année, la Corée du Nord a procédé à plus d’une dizaine de tirs d’essai et a notamment lancé un missile balistique intercontinental (ICBM) à longue portée, pour la première fois depuis 2017.

L’envoyé spécial américain pour la Corée du Nord Sung Kim a déclaré lundi que Washington et Séoul étaient d’accord sur la nécessité d’une réponse “forte” après la récente série d’essais de missiles de la Corée du Nord, bien qu’ils restent ouverts au dialogue avec le pays.

Le Représentant spécial des États-Unis a visité la Corée du Sud lundi pour des entretiens avec son homologue sud-coréen Noh Kyu-duk, deux jours après que la Corée du Nord a testé un système d’armement destiné à augmenter l’efficacité de ses armes nucléaires.

Les experts disent que la Corée du Nord veut faire progresser son arsenal d’armes et arracher des concessions telles que l’allégement des sanctions à ses rivaux.

Depuis le début de l’année, la Corée du Nord a procédé à plus d’une dizaine de tirs d’essai et a notamment lancé un missile balistique intercontinental (ICBM) à longue portée, pour la première fois depuis 2017.

Les armes testées comprennent des missiles à capacité nucléaire capables de cibler à la fois le continent américain et ses alliés tels que la Corée du Sud et le Japon. On craint que la Corée du Nord ne procède bientôt à un essai nucléaire pour intensifier sa campagne de pression.

« Nous avons convenu de la nécessité d’une réponse forte au comportement déstabilisant que nous avons subi de la part de de la Corée du Nord », a déclaré Kim aux journalistes à l’issue de sa rencontre avec son homologue sud-coréen.

” Nous avons également convenu de la nécessité de maintenir la capacité de dissuasion conjointe la plus forte possible sur la péninsule.”

L’envoyé spécial a répété que Washington a proposé de rencontrer des représentants de Pyongyang, à tout moment et sans conditions préalables, et que Washington « n’a pas fermé la porte à la diplomatie ».

« Je demande une fois de plus à Pyongyang de poursuivre une voie diplomatique avec nous », a souligné Sung Kim.

Pour sa part, Noh Kyu-duk a déclaré que lui et Kim partageaient les inquiétudes face aux actes de la Corée du Nord qui exacerbent les tensions régionales. Il a exhorté Pyongyang à reprendre les pourparlers.

Jusqu’à présent Pyongyang a rejeté les propositions de négociations, affirmant que les États-Unis doivent d’abord renoncer à politiques hostiles avant que les pourparlers ne puissent reprendre.

Certains experts disent que la Corée du Nord veut que les États-Unis assouplissent les sanctions ou suspendent leurs exercices militaires réguliers avec la Corée du Sud.

corée du sud etats-unis corée du sud alliés de la corée du nord états-unis corée du sud nombre de soldats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
19 + 18 =