Les barrages du Maroc remplis à 34,3% en 2022 contre 50,8% en 2021

Les barrages du Maroc remplis à 34,3% en 2022 contre 50,8% en 2021

A la même date de l’année écoulée, les réserves de barrages ont accumulé plus de 8,19 milliards de m3, soit un taux de remplissage de 50,8%, indique le ministère dans un document sur la situation journalière des principaux grands barrages du Maroc.

Les retenues des principaux barrages du Royaume ont atteint au 11 avril 2022, plus de 5,52 milliards de mètres cubes (m3), soit un taux de remplissage de 34,3%, selon le ministère de l’Equipement et de l’Eau.

A la même date de l’année écoulée, les réserves de barrages ont accumulé plus de 8,19 milliards de m3, soit un taux de remplissage de 50,8%, indique le ministère dans un document sur la situation journalière des principaux grands barrages du Royaume.

Selon le document, le barrage Alwahda affiche la plus importante retenue avec un volume atteignant plus de 2,03 milliards de m3 et un taux de remplissage de 57,7%, contre 74,5%, une année auparavant.

Le barrage Idriss 1er occupe la deuxième position avec une retenue de 508,6 millions de m3, soit un taux de remplissage de 45% contre 79% à la même date de l’année dernière (892 millions de m3).

Avec un taux de remplissage de 68,1%, le barrage Oued El Makhazine est troisième grâce à une retenue se situant à 458,5 millions de m3.

Le Maroc souffre d’un sévère stress hydrique en  passant de 2500m3 d’eau par habitant par année en 1960 à moins de 650m3 de nos jours, d’après le Ministère de l’Equipement et de l’Eau.  

Le seuil du stress hydrique est  de 1700m3/an, selon l’organisation mondiale de la santé.  Sous le seuil des 1000m3, on parle de pénurie d’eau, selon l’OMS. Ce qui est le cas cette année pour le Maroc.

En 2008, le Maroc a Elaboré la stratégie nationale de l’eau (SNE) d’un coût global de 82 Milliards de DH pour consolider les acquis et assurer une réponse aux besoins accrus des ressources en eau eu égard aux changements climatiques,  à  l’expansion démographique,  au développement socio-économique du Royaume et aux nombreux contraintes et défis auxquels fait face le pays.

Parmi ces défis , on peut citer une grande disparité régionale des précipitations (Les Bassins hydrauliques du Loukkous et sebou bénéficient de 51% des précipitations) et l’alternance des séquences d’années humides et sèches.

                                                             .-Ecrit par Marwane Graoua-.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 + 23 =