Le Premier ministre britannique Boris Johnson rejette les appels à la démission pour infraction aux règles anti-Covid

Le Premier ministre britannique Boris Johnson rejette les appels à la démission pour infraction aux règles anti-Covid

La police de Londres a infligé une amende à Johnson et à d’autres personnes mardi pour avoir assisté à ces fêtes organisées dans ses bureaux de Downing Street. Les Britanniques étaient à l’époque priés de réduire drastiquement leurs interactions sociales pour lutter contre la propagation du Covid-19. Les rassemblements de plus de deux personnes ont été interdits en Grande-Bretagne.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a refusé de démissionner après avoir été condamné à une amende pour avoir enfreint les règles de verrouillage liées à la pandémie Covid19 lors de fêtes organisées dans les cercles du pouvoir en 2020 et 2021.

La police de Londres a infligé une amende à Johnson et à d’autres personnes mardi pour avoir assisté à ces fêtes organisées dans ses bureaux de Downing Street. Cette sanction a fait de Johnson le premier chef du gouvernement au Royaume-Uni à avoir enfreint la loi pendant son mandat.

“Laissez-moi dire tout de suite que j’ai payé l’amende et que je présente une fois de plus mes excuses complètes”, a déclaré Johnson à la télévision britannique mardi.

«Je comprends la colère que beaucoup ressentiront que moi-même n’ai pas respecté les règles que le gouvernement que je dirige avait introduites pour protéger le public”, a-t-il dit. “Et maintenant, je ressens un sentiment encore plus grand d’obligation de répondre aux priorités du peuple britannique.”

Le scandale, connu sous le nom de « partygate », a ébranlé le gouvernement. Les Britanniques étaient à l’époque priés de réduire drastiquement leurs interactions sociales pour lutter contre la propagation du Covid-19. Les rassemblements de plus de deux personnes ont été interdits en Grande-Bretagne.

Johnson avait tenté de repousser les accusations en disant qu’il n’y avait pas de fêtes et qu’il pensait qu’aucune règle n’était enfreinte.

Le ministre des Finances Rishi Sunak et l’épouse du Premier ministre Carrie Johnson ont également reçu une amende.

Les législateurs de l’opposition ont exigé la démission de Johnson, arguant que les amendes qui lui ont été infligées ainsi qu’au chef du Trésor Rishi Sunak étaient des preuves de “criminalité” au cœur du gouvernement.

L’opposition a fait valoir que les rassemblements de Downing Street avaient démontré que Johnson et ses partisans pensaient que les règles ne s’appliquaient pas à eux.

«Boris Johnson et Rishi Sunak ont enfreint la loi et menti à plusieurs reprises aux Britanniques. Ils doivent tous les deux démissionner. Les conservateurs sont totalement inaptes à gouverner», a tweeté Keir Starmer, chef du Parti travailliste, principale formation d’opposition au gouvernement britannique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 ⁄ 5 =