La Banque mondiale accorde au Liban un prêt de 150 millions de dollars pour la sécurité alimentaire

La Banque mondiale accorde au Liban un prêt de 150 millions de dollars pour la sécurité alimentaire

Les observateurs craignent que le gouvernement ne lève les subventions sur le blé alors que les réserves de devises étrangères chutent à des niveaux critiques à la banque centrale. Toute levée des subventions augmenterait fortement le prix du pain, affectant les pauvres de la nation méditerranéenne où plus des trois quarts (3/4) de ses 6 millions d’habitants, dont 1 million de réfugiés syriens, vivent désormais dans la pauvreté.

La Banque mondiale a approuvé un prêt bonifié de 150 millions de dollars pour la sécurité alimentaire au Liban en crise afin de stabiliser les prix du pain au cours des prochains mois, a déclaré lundi le ministre de l’Economie Amin Salam .

Salam a déclaré aux journalistes que le prêt avait un taux d’intérêt très bas, mais le ministre n’a pas rendu public le taux.

Le prêt devrait apporter un grand soulagement aux Libanais qui s’attendaient à une nouvelle hausse des prix du pain pendant la crise économique historique du pays.

Les observateurs craignent que le gouvernement ne lève les subventions sur le blé alors que les réserves de devises étrangères chutent à des niveaux critiques à la banque centrale. Toute levée des subventions augmenterait fortement le prix du pain, affectant les pauvres de la nation méditerranéenne où plus des trois quarts (3/4) de ses 6 millions d’habitants, dont 1 million de réfugiés syriens, vivent désormais dans la pauvreté.

Le Liban est en proie à une crise économique dévastatrice qui a été décrite par la Banque mondiale comme l’une des pires de l’histoire moderne. Le pays importe la majeure partie de son blé et a fait face à des pénuries au cours des dernières semaines, la guerre en Ukraine entraînant une augmentation des prix du pétrole et des produits alimentaires dans le monde.

Le ministre de l’Economie a déclaré que le prêt intervient à un moment “où nous ne pouvons supporter aucune instabilité” des prix du blé”, ajoutant que le pain sera désormais disponible dans le mois à venir.

Salam a déclaré le mois dernier que le gouvernement n’avait pas de plans immédiats pour lever les subventions au pain, en particulier pour la farine utilisée dans la fabrication du pain plat arabe, le principal aliment de base au Liban.

Il a dit que la guerre en Ukraine oblige le Liban à trouver de nouvelles sources de blé qui sont loin et plus chères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 − 16 =